30 éditions du prix Goncourt des lycéens

Né, en 1988, à Rennes, de l’initiative d’un enseignant de Lettres et d’une responsable de la Fnac, le "prix Goncourt des lycéens" est rapidement devenu un temps fort de la saison littéraire. Depuis 30 éditions, chaque année, des lycéens élisent un roman parmi la quinzaine de romans de la sélection de rentrée de l’Académie Goncourt.

En 3 décennies, le prix Goncourt des lycéens à bien évolué. D’abord réservé à quelques classes de Rennes -le prix s’appelait même« Tout Rennes Goncourt » en référence à la course « tout Rennes court »- le prix a très rapidement obtenu l’accord de l’Académie Goncourt. Les classes participantes ce sont alors étendues à la Bretagne, puis à la France entière et aux lycées français de l’étranger.

Le rendez-vous était pris, de début septembre à fin octobre une cinquantaine de classes lisent la sélection.

Quelques jours avant la proclamation, des séances de délibération sont organisées dans six villes de France, au terme desquelles chaque région élit deux délégués et proclame, sans les hiérarchiser, les titres des quatre romans sélectionnés pour le jury final.

Les jurés élus dans chacune des six "régions Goncourt" sont réunis à Rennes pour les délibérations du jury national qui proclame le Prix Goncourt des lycéens devant la presse. Comme pour le Goncourt, le jury se réunissait au départ dans une célèbre brasserie rennaise « la Chope » puis dans des lieux de la ville : le magasin Fnac, Les champs libres, l’opéra et pour la 30ème édition à l’hôtel de ville.

 

Dernier moment pour le jury 2017 avant de délibérer à huis-clos dans une salle de l’hôtel de ville de Rennes.

Un marathon de lectures et d’échanges

Dans les classes, la perspective de décerner un prix est un stimulant essentiel pour la lecture. Les lycéens sont confrontés à des questions nouvelles : comment juger un roman, qu’est-ce qu’un bon roman, quels critères de sélection retenir ? Ils découvrent les œuvres en même temps que leurs enseignants, ce qui modifie les relations dans la classe où l’expert devient premier lecteur au même niveau que les autres. « En tant qu’élève ça a changé un rapport dans la classe. Tout à coup on est plus dans le cadre des enseignements traditionnels, on se met à débattre, à échanger, à défendre bec et ongle quelque chose que l’on découvre » raconte Emmanuelle juré lors du 1er prix Goncourt des lycéens en 1988. Une stimulation qui s’affirme d’années en années : « C’était la grosse information en début d’année, avant même de parler du bac. C’est quelque chose de bénéfique car en période de bac de français, ça a pu que nous aider dans le fait d’avoir des citations ou des connaissances » argumente Joséphine Aubertin, juré du prix 2016

Pour accompagner la lecture des élèves, des rencontres avec les auteurs sont organisées aux quatre coins de France afin de leur poser des questions et de les éclairer. Les questions sont préparées en classe à partir des fiches de lecture réalisées par les élèves. « Je pense que ces rencontres sont bien pour éclairer quelques passages ou éléments que l’on a pas compris sur les livres. Et pour partager notre avis sur les livres c’est très intéressant » précise Jeanne élèves au lycée Kerraoul à Paimpol.

Pour accompagner la lecture des élèves, des rencontres avec les auteurs sont organisées aux quatre coins de France, ici à Rennes au lycée Victor et Hélène Basch à Rennes le 11 octobre 2017.

Prolonger le prix Goncourt des lycéens

Concours de "critique littéraire"

La Région Bretagne organise dans l’académie un concours de "critique littéraire" portant sur la sélection Goncourt, ouvert à une cinquantaine de classes bretonnes ainsi qu’aux classes Goncourt reçues lors des rencontres nationales Goncourt. Les classes inscrites à ce concours participent à des rencontres critiques organisées par le Conseil Régional de Bretagne dans les 4 départements en présence d’auteurs, d’éditeurs et de critiques littéraires.

 

Rencontres nationales Goncourt des lycéens


Après la proclamation du prix, des rencontres nationales Goncourt sont organisées par l’association "Bruit de Lire" au Triangle à Rennes : les élèves de quatorze classes dont dix classes de l’académie ont ce jour-là l’opportunité d’échanger avec des représentants de l’académie Goncourt, des auteurs et des artisans des métiers du livre.

 

 

Journal du Goncourt des lycéens

Chaque année, une classe de lycée (anciennement classe Goncourt) est chargée d’animer le Journal du Goncourt des lycéens. Ce journal en ligne partage les commentaires de lecture et les expériences des classes sous des formes très variées (textes, poèmes, sons, vidéos, dessins). Il permet de développer les compétences écrites et orales des élèves, de les sensibiliser à l'écriture et au travail journalistiques et de renforcer la maîtrise des outils numériques (prise de sons, d'images, montage vidéo, mise en page etc...). -->http://www.journal-goncourt-des-lyceens.fr/

Quelques repères

La 30ème édition du Goncourt des lycéens est accompagnée par la Fnac, par l’association rennaise "Bruit de lire", à qui le Ministère en confie la coordination, et par six professeurs coordonnateurs.

30 000 élèves de 1300 classes en France et à l’étranger, ont participé au prix Goncourt des lycéens en 30 éditions.

320 auteurs ont fait partie de la sélection des 30 éditions du prix.

Les lauréats du Prix Goncourt des lycéens

  • 2017 : L'art de perdre, Alice Zeniter, Flammarion
  • 2016 : Petit pays, Gaël Faye, Grasset
  • 2015 : D'après une histoire vraie, Delphine de Vigan, JC Lattès
  • 2014 : Charlotte, David Foenkinos, Gallimard
  • 2013 : Le Quatrième Mur, Sorj Chalandon, Grasset
  • 2012 : La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert, Joël Dicker, Éditions de Fallois / L'Âge d'Homme
  • 2011 : Du domaine des murmures, Carole Martinez, Gallimard
  • 2010 : Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, Mathias Enard, Actes Sud
  • 2009 : Le club des incorrigibles optimistes, Jean-Michel Guenassia, Albin Michel
  • 2008 : Un brillant avenir, Catherine Cusset, Gallimard
  • 2007 : Le Rapport de Brodeck, Philippe Claudel, Stock
  • 2006 : Contours du jour qui vient, Léonora Miano, Plon
  • 2005 : Magnus, Sylvie Germain, Albin Michel
  • 2004 : Un secret, Philippe Grimbert, Grasset
  • 2003 : Farrago, Yann Apperry, Grasset
  • 2002 : La mort du Roi Tsongor, Laurent Gaudé, Actes Sud
  • 2001 : La Joueuse de Go, Shan Sa, Grasset
  • 2000 : Allah n'est pas obligé, Ahmadou Kourouma, Seuil
  • 1999 : Première Ligne, Jean-Marie Laclavetine, Gallimard
  • 1998 : Mille six cents ventres, Luc Lang, Fayard
  • 1997 : Le Maître des paons, Jean-Pierre Milovanoff, Julliard
  • 1996 : Instruments des ténèbres, Nancy Huston, Actes Sud
  • 1995 : Le Testament français, Andrei Makine, Mercure de France
  • 1994 : Belle-mère, Claude Pujade-Renaud, Actes Sud
  • 1993 : Canines, Anne Wiazemsky, Gallimard
  • 1992 : L'île du lézard vert, Eduardo Manet, Flammarion
  • 1991 : Les Filles du calvaire, Pierre Combescot, Grasset
  • 1990 : Le petit prince cannibale, Françoise Lefèvre, Actes Sud
  • 1989 : Un grand pas vers le bon dieu, Jean Vautrin, Grasset
  • 1988 : L'Exposition coloniale, Erik Orsenna, Seuil